Bandeau Editorial bulletin 2021-01.png
Editorial.PNG

     En ce mois de mai, la joie de la résurrection du Christ ressuscité, continue de rayonner sur nos visages. Cette joie, est celle des disciples à qui le Ressuscité fait comprendre qu'en lui les Écritures sont accomplies. Cette joie est aussi la nôtre parce que, par notre baptême, nous sommes morts et ressuscités en Jésus-Christ et nous portons déjà en nous la vie nouvelle, celle des enfants de Dieu.

     En effet, cette vie nouvelle a été semée dans nos cœurs comme le levain dans la pâte (Lc. 13, 18-21). Elle attend d'être pleinement manifestée lorsque le Christ apparaîtra à la fin des temps, lorsque nous le verrons tel qu'il est (1 Jn. 3, 2). Toutefois, aujourd'hui, nous sommes déjà marqués par le sceau du Saint Esprit. C'est Lui qui est le Don du Père que le Fils nous envoie pour que nous sachions rendre témoignage à la Vérité. En Lui, l'Esprit de Pentecôte qui a soufflé sur les disciples de Jésus, réunis dans le Cénacle aux côtés de la Vierge Marie, la Mère de Jésus, Dieu notre Père nous a repris comme des filles et fils dans le Fils. Ainsi, sommes-nous chargés de témoigner, là où nous sommes, des merveilles du salut accomplies dans nos vies. Cette relation filiale qui nous enracine dans la bienveillance du Père Éternel ne nous dispense pas cependant de rechercher, dans ce monde qui passe, les réalités qui ne passent pas, à savoir : la justice, la charité et l'amour fraternel. Au contraire, elle nous associe d'ores et déjà à l’œuvre du Christ qui veut que Dieu soit tout en tous.

 

     D'ailleurs, le pape François a récemment publié un document qui rappelle la richesse de notre baptême et la mission à laquelle nous invite la grâce de la résurrection du Christ.

     Il affirme que « si notre mission de disciples missionnaires est celle d'être des témoins et des messagers de ce qui viendra, nous ne pouvons pas nous résigner face au mal et aux maux, au contraire elle nous pousse à être le levain de son Règne où que nous soyons : en famille, au travail, dans la société ; elle nous pousse à être une petite ouverture par laquelle l'Esprit continue à souffler l'espérance entre les peuples. […]La rencontre avec le Ressuscité transforme, elle donne une force nouvelle à la foi, un fondement inébranlable. »1

     Évidemment, comme l'a dit François, le service est au cœur de notre mission de baptisés. Appelée aussi ''diaconie'', la mission de servir Dieu à travers ceux qui sont dans le besoin participe à l'annonce de la bonne nouvelle du Christ mort et ressuscité. Grâce à notre propre transformation ou encore notre ''conversion'' dans le Christ, l'Esprit du Ressuscité suscite des artisans de paix et des porteurs d'espérance. Car, dans la résurrection de Jésus, un monde nouveau est né, une aventure nouvelle a déjà commencé. Et Marie, la mère du Seigneur, nous y précède. Elle est la première en chemin. C'est justement à ses côtés que nous apprenons à mieux connaître son Fils, à l'aimer et à le servir tout au long de notre vie. En cela donc, nous sommes des filles et des fils de la prédilection de la vierge Marie, servante fidèle et joyeuse de la volonté du Père.

     Puisque le mois de mai est consacré à la prière avec la vierge Marie, notre paroisse va alors continuer à tourner le regard vers le Christ-Serviteur. En méditant les mystères de notre salut, à travers le chapelet ou le rosaire, nous apprendrons à faire connaître davantage le Christ autour de nous. C'est lui notre salut et notre gloire éternelle.

Père Boniface-Gildas TEMBÉ

 

1François, (Pape) ; Servir pour transformer le monde, Préface de Martin Junge ; éd. Salvator, 2021, p.p.127 et 129

 

Retour Sommaire Bulletin